La bromatomogie ou l’étude des aliments

La bromatologie est l’étude des aliments. Avec la psychologie, l’alimentation est une des principales techniques naturopathique. Elle sera abordée à chaque consultation et personnalisée suivant l’état de santé de chacun. Elle consiste à réintégrer une alimentation naturelle et spécifique, contenant des aliments entiers sains et frais.

S’alimenter est une activité primordiale, dont dépend le bon fonctionnement de notre organisme. Cependant, avec l’industrialisation, l’accès à une alimentation saine, biologique, équilibrée, riche en minéraux et en oligo-éléments…est de plus en plus difficile. On se retrouve, face à une population qui mange trop, tout en souffrant d’importantes carences.

In fine, intoxication et carences se retrouvent être les premières causes de dysfonctionnement organique, pouvant à terme mener à la maladie. Si, en naturopathie les réglages alimentaires se font en fonction de chacun, il existe toutefois des règles générales applicables à tous, dans le but de fournir à l’organisme ce dont il a besoin.

La vitalité dans l’assiette

Les aliments sont des substances complexes qui renferment des éléments de base que l’on appelle : nutriments. La digestion permet une transformation mécanique et chimique des aliments en nutriments assimilables nécessaires à l’organisme. Les nutriments passent alors dans le sang, afin d’apporter à chaque cellule l’énergie nécessaire à leur fonctionnement et les éléments indispensables à leur métabolisme, leur réparation et leur multiplication.

Les nutriments se regroupent 5 catégories

LES GLUCIDES :

Ils sont présents en grande quantité dans notre alimentation et fournissent environ 60% de l’énergie dont nous avons besoin. La dégradation des glucides aboutit à la formation de glucose, principale combustible de notre organisme. Le glucose absorbé par l’intestin grêle passe dans le sang. Une fois à l’intérieur de la cellule le glucose va être utile pour :

  • Fournir directement de l’énergie à la cellule. C’est la respiration cellulaire qui va permettre de bruler ce sucre pour fournir l’énergie nécessaire à la contraction musculaire.
  • Stocké dans les cellules du foie et des muscles (sous forme de glycogène), afin de servie de réserve d’énergie.
  • En cas d’excès, l’organisme peut transformer le glucose en acides gras, ceux-ci se stockent dans les tissus adipeux servant de réserve en cas d’apport alimentaire trop faible.

Aliments riches en glucides (complexes et simples) :

fruits frais, fruits séchés, légumes, céréales, légumineuses, miel

LES PROTÉINES :

Ceux sont de très grosses molécules formées par une succession d’acides aminés. Elles constituent plus de la moitié en poids sec du corps humain. On distingue :

  • Les protéines de structure qui constituent nos tissus, elles représentent le matériau de construction de nos cellules.
  • Les enzymes qui sont des protéines qui fabriquent, transforment ou reconnaissent d’autres molécules.

Elles agissent comme catalyseurs de réactions chimiques dans l’organisme. Ex : elles participent à la fabrication des anticorps qui nous protègent contre les microbes et virus. On retrouve des protéines en grande quantité dans les aliments d’origines végétales ou animales, dégradés ils se transforment en acides aminés indispensables. Certains acides aminés ne pouvant pas être synthétisés par l’organisme, ils peuvent être apportés seulement par l’alimentation. Le régime alimentaire idéal doit être composé de 8 acides aminés essentiels dans des quantités spécifiques. Si l’un d’eux vient à manquer, les autres acides ne sont pas utilisés et sont transformés en composés énergétiques. Au contraire si l’apport est trop important, le surplus est dégradé et stocké en réserve énergétique.

Aliments riches en protéines :

les viandes, les œufs, le fromage, les sardines, les légumineuses, les algues, les noix

LES LIPIDES :

Les lipides sont des graisses que l’on retrouve dans l’alimentation sous deux formes : les triglycérides (rôle énergétique) et les di-glycérides (rôle physiologique au niveau des membranes cellulaires, ils interviennent dans la synthèse des phospholipides). Ils fournissent une quantité d’énergie deux fois plus importante que celles des glucides et des protéines. Ils sont facilement stockés dans l’organisme et constituent des réserves. Ils sont apportés par l’alimentation mais l’organisme peut en fabriquer à partir d’un surplus de glucides. Les lipides contiennent des acides gras. La digestion permet de dégrader les lipides; la bile et les lipases séparent les acides gras des triglycérides et des phospholipides. Ceux-ci sont indispensables à la construction des cellules, et au métabolisme du cholestérol. Il existe deux types d’acides gras : les saturés et insaturés. Ils ont un rôle structurel essentiel, et permettent d’assurer la fluidité membranaire et de maintenir l’équilibre entre les échanges externes et internet. l

Aliments riches en lipides :

On retrouve des acides gras saturés dans les graisses animales ou dans les graisses végétales (beurre, margarine, graisse d’oie…). On retrouve des acides gras insaturés dans les huiles (soja, olive, arachide…), dans les poissons gras (maquereau, hareng, saumon, sardine…), les fruits secs (noix, noisettes, cacahuètes…), et l’avocat.

LES SELS MINERAUX :

Ils sont indispensables à la vie et entre dans la composition des tissus, participent à la conduction de l’influx nerveux, au fonctionnement musculaire, et aux réactions enzymatiques. Ils sont éliminés par les reins, et notre alimentation doit en apporter chaque jour des quantité suffisantes. On distingue deux catégories de sels minéraux :

  • Les éléments principaux liés au fonctionnement de l’organisme : le calcium, le sodium, le potassium, le magnésium, le fer et le phosphore.
  • Les oligo-éléments, dont de petits quantités sont suffisantes: le cuivre, le zinc, le manganèse, l’iode, le chlore, le fluor, le cobalt et le sélénium. Certains de ces éléments ne peuvent être synthétisés par l’organisme et doivent être fournis par l’alimentation. Ils participent à l’assimilation et au métabolisme des aliments, ainsi qu’au renouvellement des tissus. Ils renforcent les défenses immunitaires. Par ex: l’iode est nécessaire à la synthèse des hormones de croissance par la thyroïde. Une carence en iode peut provoquer des goitres et des retards mentaux chez les nourrisson. Le cuivre et le zinc sont importants pour la formation des enzymes et le fluor présent dans les dents protège des caries.

LES VITAMINES :

Ce sont des « substances organiques nécessaires en faible quantité au métabolisme d’un organisme vivant, qui ne peut être synthétisé en quantité suffisante par cet organisme ». Elles sont toutes indispensables à l’entretien des tissus. Certaines se comportent comme des hormones ou se mélangent avec les sécrétions des glandes endocrines. Elles interviennent dans le métabolisme des nutriments, la libération et l’utilisation de l’énergie fournie aux cellules par les protéines. Si ces substances venaient à manquer, les glucides et lipides ne seraient pas utilisés correctement par l’organisme. L’alimentation permet généralement de couvrir tous les apports en vitamines. On distingue deux catégories de vitamines :

  • Les vitamines liposolubles ou solubles dans un corps gras (A, D, E, K). Elles sont stockées dans l’organisme, se lient aux lipides et sont absorbées en même temps que les produits de la digestion des lipides. Le fait qu’elles soient stockées dans les graisses leur assure une durée de présence de plusieurs jours voire plusieurs mois.
  • Les vitamines hydrosolubles ou solubles dans l’eau (vitamines du groupe B, vitamine C…), elles ne sont pas stockées par l’organisme et sont ainsi éliminées par les urines en cas de sur dosages.

Vitamine A = Vision, division cellulaire, croissance peau et muqueuse, provitamine A : antioxydant.

Sources alimentaires = carotte, patate douce, fruits jaunes, oranges et rouges, baies de Goji, potiron, courge, poivron, mangue, melon, tomate, pissenlit, persil, cerfeuil, épinard, mâche, blette, chou kale, fenouil, ciboulette, abats, poissons…

Vitamine D = Métabolisme osseux, augmente l’efficacité d’utilisation du calcium et du phosphore (développement du squelette).

Sources alimentaires = poissons gras, œufs et rayonnements solaires

Vitamine E = Anitoxydant, stimule le système immunitaire, contribue au bon état des tissus.

Sources alimentaires = huiles végétales, graines de chanvre, de tournesol, amande, noisette, noix du Brésil, spiruline…

Vitamine K = Rôle antihémorragique, favorise la coagulation sanguine.

Sources alimentaires = huiles végétales, foie, poissons, persil, chou kale, pissenlit, coriandre, épinard, laitue, algues, huile de Soja…

Vitamines C = Antioxydant, action dans les réactions d’oxydoréduction, rôle dans la synthèse du collagène, stimule les défenses de l’organisme, antistress.

Sources alimentaires = argousier, églantier, goyave, baies de Goji, cassis, poivron rouge, fraise, litchi, papaye, orange, citron, ortie, persil, chou kale, brocoli, radis noir…

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *