La phytologie

En dehors des trois cures et des techniques naturelles traditionnellement utilisés, la naturopathie s’appuie sur le règne végétal et le règne minéral.

Les différentes préparations de plantes ou de minéraux nous laissent un vaste choix pour pouvoir intervenir sur les différents plans de l’être humain :

  • La phytologie : qui concerne les plantes médicinale et potagères sous leurs fromes traditionnels.
  • L’aromathérapie : les essences et huiles essentielles.
  • La gemmothérapie : les bourgeons et jeunes pouces.
  • Les élixirs floraux : les harmonisant ou fleurs de Bach (il seront aborder dans la technique « la psychologie »).
  • L’homéopathie : les préparations diluées et dynamisées.
  • La lithothérapie : l’utilisation des minerais, roches et sels minéraux.

Depuis la nuit des temps l’homme a trouvé dans la nature les moyens nécessaires à son équilibre vitale et à la restauration de sa santé.

C’est principalement dans le règne végétal qu’il a puisé les éléments dont il avait besoin, mais aussi dans le minéral et parfois dans l’animal.

Que ce soit dans un cadre préventif, dans un but de stimulation de la force vitale, ou lors d’un travail de fond visant à abaisser le niveau de la toxémie, ou encore en accompagnement d’un traitement médical classique, les plantes et les minéraux nous sont d’un précieux recours.

Elles seront utilisées de manière à appréhender l’individu dans sa totalité physique, psychique et spirituelle et non pas symptomatique. Tout le travail du naturopathe étant de déterminer les causes réelles au-delà de l’apparence trompeuse des symptômes, c’est pourquoi les plantes doivent être utilisées dans le sens de la force vitale, leur utilisation se fera dans le but d’aider le corps dans son processus d’auto-guérison.

Le choix de la plante s’orientera vers celle qui correspond le mieux au problème de santé du consultant, en fonction de son origine physique, de son aspect, de son affinité organique, et de par la connaissance scientifique que l’on aura d’elle et de ses vertus.

La phytologie : les plantes sous leur forme traditionnelle

La phytologie concerne les plantes dites « potagères » comme l’oignon, l’asperge le radis noir ou l’artichaut, et les plantes dites « médicinales » comme la sauge, le thym, la menthe ou . Ces dernière sont largement utilisés en naturopathie sous différents formes selon l’intérêt qu’elles présentent : entière (que l’on appelle Totum biologique) ou en partie (fleurs, racines, radicelles, feuilles, graines, écorces, aubier, fruits, tiges).

Les plantes peuvent être ingérées sous différentes formes, la plus simple étant l’aliment : salade, pissenlit, prèle… plantes aromatiques ou épices. Les autres formes sont celles que la tradition populaire connait depuis longtemps : les plantes fraiches ou séchés (en infusion ou décoction). Et enfin, les préparations plus complexes qui permettent une extraction optimal avec une concentration des principes actifs : en extrait fluide, suc de plantes fraiches, séchées réduites en poudre (en gélules ou comprimés), en teinture-mère (extraits e plantes fraiches très alcoolisée 65°), en macérât-glycériné (eau-glycérine-alcool), en jus ou en sirop… sont autant de formes galéniques qui permettent un usage plus précis et  des doses plus contrôlées.

L’usage des plantes dans les cures naturopathique

  • En cure préparatoire

    On utilisera les plantes s’adressant plus spécifiquement à la sphère psychique et moins immédiatement organique pour leur résonnance sur le mental et les émotions du fait de leur niveau vibratoire élevé, comme par exemple la mélisse, le houblon, la passiflore, la matricaire, le ginseng, l’angélique

En plus d’une première restriction alimentaire légère, on remplacera, les boissons excitantes comme le café, le thé ou sodas du matin et de l’après-midi par des infusions de plantes douces a niveau vibratoire élevé : sédatives, antispasmodique ou tonifiante, stimulantes en fonction des besoins du consultant de son terrain et aussi de ses gouts (par exemple, on pourra proposer en infusion un mélange de houblon, mélisse et millepertuis pour rééquilibrer le système nerveux et pour réduire l’anxiété et le stress de la journée. Ou encore, le soir avant le coucher on conseillera de boire une tasse de valériane en décoction, pour faciliter la détente, calmer les angoisses et favoriser un meilleur sommeil).

Les élixirs floraux de Bach, seront ici largement utilisées, choisi en fonction de l’état émotionnel négatif, par exemple « Star of Bethléem », « Impatiens », « Holly » ou « Heather« … pour agir sur les différents corps énergétiques et  rééquilibrer la sphère émotionnelle.

  • En phase de désincrustation

    On utilise les plantes au niveau vibratoire bas, avec ses principes actifs non-dilués, non-dynamisés qui seront utilisés pour leurs effets sur le corps. C’est la légère toxicité de ces plantes qui va en faire son efficacité, en obligeant le corps à réagir.

Au niveau des émonctoires la plante va activer la fonction d’élimination de l’organe. En stimulant l’activité émonctorielle elle va permettre le drainage et la purification de l’émonctoire et de l’organisme par élimination des surcharges toxiniques. Les plantes sont particulièrement indiquées dans le drainage des intestins, du foie et des reins.

  • Le foie avec la vésicule biliaire :

    est l’émonctoire le plus important, il filtre les toxines hors du sang et les rejettent avec la bile (sécrétée par le foie et stockée dans la vésicule biliaire) qui aura une fonction excrétoire au niveau intestinale. Pour stimuler le foie on va utiliser des plantes cholérétiques qui vont augmenter la sécrétion de la bile, et des plantes cholagogues qui vont faciliter l’évacuation des voies biliaires : Le radis noir, l’artichaut, le boldo, la fumeterre, le pissenlit, l’aubier de tilleul

  • Les intestins :

    éliminent avec les selles les déchets qu’il extrait du sang ainsi que ceux filtrés par le foie. Pour stimuler les sécrétions et le péristaltisme intestinal on va utiliser des plantes laxatives ou purgatives, ces dernières utilisées à faible dose (pour qu’elles gardent un effet plutôt laxatif) pour éviter l’irritation et la fatigue intestinale : La bourdaine, la mauve, la chicorée sauvage, le séné, la guimauve

  • Les reins :

    excrètent par les urines les cristaux qu’ils filtrent hors du sang. Les plantes diurétiques stimules leurs travail, elles favorisent la diurèse en agissant sur les voies urinaires, ainsi elles augmentent le volume des urines et la quantité de déchets filtrés. En voici quelques exemples : l’asperge, le bouleau, la queue de cerise, le fenouil, le sureau

  • Les poumons :

    comme la peau sont des émonctoires « de secours », il sont prévus pour éliminer principalement des déchets gazeux. Lorsque les autres émonctoires à colles sont fatigués (foie/intestins et peau) les poumons compensent par l’élimination des déchets colloïdaux par les voies respiratoires. Les plantes expectorantes comme le thym, le fenouil, le serpolet, l’eucalyptus, la primevère… activent l’élimination par la bouche en stimulant la sécrétion des muqueuses de l’arbre respiratoire.

  • La peau :

    dispose de deux voies d’éliminations, les glandes sébacées qui excrètent le sébum et les glandes sudoripares qui sécrètent la sueur. On ne sollicitera pas la peau pour l’élimination des colles mais uniquement pour l’épuration des déchets acides par la stimulation des glandes sudoripares. Les plantes sudorifiques ou diaphorétiques agissent sur ces glandes provoquant la sudation : la bardane, la bourrache, le buis, la pensée sauvage, la carotte

Dans cette phase de drainage on ne cherchera pas à stimuler l’organe surchargé, on le laissera au contraire au repos pour le soulager en procédant à une dérivation émonctorielle. On choisira donc des plantes dont l’action stimulera les fonctions d’un autre émonctoire éliminant le même type de toxines.

Par exemple, dans le cas d’un eczéma suintant, qui indique une surcharge en colles au niveau de l’émonctoire peau. On va  procéder à une dérivation des toxines vers les autres émonctoires à colles (le couple foie intestins et les poumons), par une action indirect en stimulant les fonctions hépato-intestinales avec un mélange d’extrait de plantes fraiche de radis noir, artichaut et pissenlit ; et les fonctions pulmonaires avec des infusions de thym pour faciliter l’expectoration.

  • En phase d’harmonisation

    Les plantes serviront, dans un premier temps à revitaliser. On va alors utiliser des plantes revitalisantes, c’est-à-dire riches en vitamines et en oligo-éléments, comme les fruits, graines germées et plantes à vitamines, pour combler les carences provoqués par la phase de drainage. On conseillera par exemple la carotte, le persil, l’argousier, le cassis, le cresson, les graines germées, à ajouter aux repas. Les carences en minéraux et oligo-éléments pourront être comblés par l’Alfalfa, l’éleuthérocoque, le lin, le fenugrec, l’ortie ou la spiruline.

                Ensuite, en phase de stabilisation, les plantes serviront à pallier aux faiblesses héréditaires ou acquises avec le temps ou au contact des facteurs de déstabilisations psycho-physiologiques. Par exemple, pour harmoniser le tempérament d’une personne naturellement nerveuse, perméable au stress et à l’anxiété on pourra utiliser des plantes ré équilibrantes du système nerveux (antispasmodiques, sédatives) comme la marjolaine, l’angélique, la camomille ou la passiflore. On pourra poursuivre avec les élixirs floraux dans cette troisième phase si nécessaire.

 

 

 

 

 

L’activité physique

La naturopathie conçoit l’exercice physique comme l’un des piliers pour mettre en place une bonne hygiène de vie.

Lorsque l’on parle d’exercice  physique on ne pense pas uniquement aux activités sportives, mais bien à toutes activités impliquant  un effort musculaire visant à accomplir un travail quelconque. Par exemple faire du vélo, marcher, nager, mais aussi tricoter, jardiner ou danser.

 

Nul ne peut aujourd’hui contester les bienfaits des exercices physiques. Tous les experts s’accordent à dire que la pratique régulière de l’exercice physique est indispensable pour conserver la souplesse, la force et la vigueur de notre corps. En naturopathie, nous considérons la sédentarité comme l’une des causes qui à long terme peut conduire à la maladie.

En effet l’exercice physique permet d’activer simultanément les émonctoires et devient un outil de premier choix dans la cure de désintoxication. Lorsqu’on fait un effort physique, on fait travailler plusieurs organes, ce qui favorise l’élimination d’une plus grande quantité de toxines. L’exercice physique favorise la circulation sanguine permettant ainsi aux muscles de s’oxygéner davantage et d’être plus performants. La quantité plus importante de déchets qui passent dans le sang sera ainsi transportée plus facilement vers les émonctoires pour être éliminés.

De nombreuses raisons justifient la pratique régulière d’une activité physique :

L’activation des fonctions respiratoires.

  • Les mouvements du corps exercent une action de massage sur les viscères.
  • L’amélioration de l’assimilation des nutriments.
  • La stimulation de l’élimination des déchets.
  • Le renforcement du système immunitaire.
  • L’entretien du système ostéo-articulaire.
  • Tonification de la masse musculaire.
  • L’évacuation de tension musculaire.
  • Renforcement des réflexes.
  • Éviter la prise de poids.
  • Améliorer l’état du mental.

 

 Les méfaits de la sédentarité

            Le progrès technologique de notre siècle à modifié considérablement nos habitudes de vie courante, réduisant progressivement l’effort physique dans la plupart de nos actes du quotidien tant dans nos activités personnelles que professionnelles. Ce mode de vie a largement fait de nous des sédentaires. La sédentarité dont nous parlons se définie par l’inactivité physique, elle concerne les personnes effectuant moins de trente minutes par jour d’activité physique modérée à intense c’est-à-dire provoquant au minimum un léger essoufflement.

 

L’instinct naturel de l’homme est le mouvement. Le corps humain est fait pour bouger : marcher, courir, se déplacer … au sein de son environnement naturel. De façon analogue toutes les fonctions du corps sont faites pour vivre dans une totale harmonie d’échanges et de mouvements. L’homme moderne, sédentaire, contrarie cette nature profonde et fondamentalement expose son corps à la souffrance de l’inadaptation.

 

  • L’obésité qui se répand de plus en plus, est la plus visible des conséquences néfastes de l’inactivité physique. Elle résulte d’un déséquilibre de la balance énergétique entre les apports dont la valeur calorique est bien plus élevée (forte teneur en sucre et en graisses), et les dépenses énergétiques qui ont diminuées.
  • Les muscles fondent progressivement, s’atrophient, se raidissent car ils sont sous sollicités, et rapidement ils sont remplacés par de la graisse,
  • les tendons se raidissent et les articulations se rouillent.  Les conséquences de cette perte de masse musculaire se répercutent à différents niveaux de l’organisme. Le squelette sans le soutien des muscles se fragilise et se déforme. Rapidement, le manque de mouvement ajouté à de mauvaises postures quotidiennes expose tout le système ostéo-articulaire à une perte de mobilité, une perte de souplesse et à sa fragilisation.

On trouve aujourd’hui des déformations vertébrales (scoliose, lordose, cyphose) chez la majeur partie des gens, elles se manifestent le plus souvent dès l’adolescence. La colonne vertébrale, sans le soutien des muscles dorsaux s’expose aux risques de blocages, de déplacements de vertèbres, de pincements des nerfs (sciatique, lumbago…), entrainant une mauvaise circulation de l’influx nerveux vers la moelle épinière perturbant les échanges entre le corps et le cerveau.

Le mécanisme ostéo-articulaire ne s’use que si on ne s’en sert pas (ou trop) c’est alors qu’apparaissent des troubles rhumatismaux et diverses lésions de décalcification, perte de masse osseuse, dégradation du cartilage

                Sur la sphère énergétique, le mode de vie sédentaire est tout aussi néfaste, il coupe le contact avec les éléments naturels, les rayons du soleil, l’eau, la terre, les végétaux… Alors que pratiquer l’exercice physique au grand air, au contact de ces éléments est le meilleur moyen de se ressourcer en énergie vitale.

L’inactivité associée aux pollutions sensorielles de toutes sortes nous affecte également au niveau psycho-émotionnel. Nous sommes de plus en plus perméables au stress et à l’anxiété. La passivité, l’enfermement se traduit sur le psychique par la morosité, le manque d’envie, de motivation… «Moins on en fait et moins on a envie d’en faire»…

Alors c’est décidé en février, je « me » bouge! Et pour ce faire, pas besoin de dépenser des fortunes en abonnements, en salle de sport… On investit dans un vélo d’appartement, on fait une marche active  de 30 minutes par jour, on s’aide de tuto sur Youtube pour découvrir des pratiques comme le Tai CHi, le Yoga ou le Pilate. On cherche des vidéos spéciales « débutants » et tout doucement on ré intègre le mouvement dans notre quotidien. Il y a aussi le badminton ludique et physique à la fois, qu’on pratique entre amis et qui reste très abordable financièrement parlant : souvent 5 euros le terrain pour 1h de badminton (à diviser selon le nombre de participants).

On hésite pas à franchir la porte des centres sociaux de notre quartier qui proposent souvent des activités à moindre couts ou en fonction de nos revenus. Il y a aussi les associations. Bref, pas d’excuse!! Le mouvement c’est la vie!

Le tapis champ de de fleurs

Le tapis « champs de fleurs » késako ?

C’est un tapis d’accu-pression composé de 221 stimulateurs nerveux, eux-mêmes composés de 5525 points de pression ; points qui stimulent et produisent une stimulation nerveuse bien particulière. Ce sont les petits « pics » des fleurs qui permettent cette stimulation.

Allongé sur le dos, l’organisme ressent momentanément la pression de ces petits pics. La sensation alors éprouvée envoie des signaux à nos neurotransmetteurs, ce qui a pour conséquence la production quasi immédiate d’endorphines (hormones antidouleur). On ressent alors, une détente immédiate :

 

  • Soulagement de la douleur par la stimulation et l’amélioration de l’influx nerveux dans tout le dos
  • Soulagement de la douleur par le déclenchement de la sécrétion de nos fameuses endorphines
  • Stimulation de la circulation sanguine dans tous le dos jusque dans les capillaires les plus fins.

La stimulation provoquée procure une détente globale de l’organisme, il n’est pas rare de s’endormir alors même que nous sommes allongés sur le tapis. Pour les plus sensibles, il faut persévérer, car les premières minutes peuvent être « douloureuses » mais c’est justement cette douleur qui permet la véritable action du champ de fleurs. Par cette stimulation et sensation de petite douleur, le corps va répondre immédiatement par un apport d’endorphines. Très rapidement la douleur s’évapore pour laisser place à une sensation de bien-être.  Utilisation après utilisation, le corps réapprend à réagir à la douleur et à nous procurer un anti douleur naturelle et efficace.

Utilisation :

Il est préconisé par les créateurs du champ de fleurs de pratiquer une séance sur tapis quotidienne et d’une durée de 15 à 45 minutes. Une utilisation quotidienne permettra l’amélioration de votre état de santé globale et aura une action bénéfique sur la santé du dos en particulier. Cependant rien ne vous empêche de vous y allonger plusieurs fois par jour si vous avez une douleur intense qui nécessite un soulagement immédiat.

 

Vous pouvez pratiquer votre séance le soir, en rentrant du travail pour une profonde relaxation et évacuer pleinement le stress et la tension accumulée au cours de votre journée. Le soir au coucher, peut aussi être intéressant dans le cas ou vous avez du mal à trouver le sommeil, ou à lâcher prise (petit vélo dans la tête qui ressasse, ressasse…). L’avantage de cet outil est qu’il peut se glisser un peu partout : sur le canapé, sur une chaise, sur un lit… et surtout vous pouvez bénéficier pleinement de ces bienfaits tout en faisant autre chose : lire un livre, regarder un film, écouter la musique… ou tout simplement vous relaxer ou méditer en tranquillité.

Indications :

Le champ de fleurs s’adresse à toutes personnes souhaitant améliorer son bien-être et sa santé et s’avère particulièrement efficace dans les maux suivants :

 

  • Discopathie dégénérative
  • Pincement/Déshydratation discale
  • Sténose du Canal Rachidien
  • Arthrose
  • Tendinite et Entorse
  • Raideur Lombaire et cervicale
  • Hernie Discale
  • Lombalgie-Cervicalgie
  • Sciatique – Cruralgie – Névralgie
  • Fibromyalgie
  • Stress – Relaxation
  • Energie
  • Sommeil
  • Humeur – Dépression
  • Migraines
  • Bouffées de chaleur
  • Arthrite

Ou le trouver : vous trouverez ce tapis et autres accessoires (kit pour les jambes oreillers…) sur le site www.lesmauxdudos.com

Le tapis seul est au prix de 99 euros : il est payable en trois fois sans frais. Actuellement le kit tapis + oreiller (celui que je possède) coute 139 euros au lieu de 164 euros. Le coussin seul coute 49 euros. Le site propose un essai de 30 jours de leurs produits, si vous n’êtes pas satisfaits des produits achetés, il vous les rembourse dans leur intégralité (hors frais de port).

Matériaux utilisés : un lin épais constitue la surface extérieure du tapis, du coton blanc protège le matelas intérieur lui même confectionné en fibre de coco. Les fleurs sont conçus en forme de lotus avec un eco plastique HIPS certifié et tous les matériaux sont certifiés par le label allemand « Oeko-Tex », pour le respect de normes sanitaires et écologiques.

* Je tiens à préciser que je ne suis en aucun « sponsorisée ou autres » par les maux du dos. J’ai acheté mon kit et surtout si je vous en parle c’est que je suis convaincue de cet outil, que je trouve très intéressant. Je le conseille régulièrement à mes consultants dans leurs problématiques de douleurs chroniques.

Les cures naturopathiques

Lors de la consultation, je m’appuie sur le bilan de vitalité pour déterminer le programme d’hygiène individualisé à mettre en place. Ce programme s’articule autour de 3 cures et de nos fameuses 10 techniques naturelles pour sa mise en pratique.

  • Phase préparatoire: Elle prépare le consultant (celui qui vient consulter), à la seconde cure (drainage). Elle va porter sur des préréglages alimentaires et sur une ré harmonisation psychologique (gestion du stress, fatigue psychologique…). Lors de cette phase, une utilisation réduite et judicieuse des 10 techniques est requise.

 

  • Phase de désincrustation : Phase un peu plus « restrictive », lors de laquelle on met en place un régime alimentaire plus poussé correspondant à une phase de drainage humoral (les liquides de notre organisme), individualisé et spécifique. C’est lors de cette cure, que nous travaillerons à la stimulation des émonctoires (organes éliminateurs de notre organisme), dans le but de supprimer d’éventuelles surcharges toxiniques et de contribuer au nettoyage du corps.
  • Phase d’harmonisation: Il s’agit de revitaliser après avoir nettoyé l’organisme, puis de stabiliser l’état de santé atteint, tout en amenant le consultant vers une responsabilisation de sa santé et de son bien-être.

 

En générale une cure dure 1 mois, cependant chaque personne étant différente, la durée de chaque cure sera variable en fonction de chacun, ainsi que les 10 techniques qui seront employées pour mener à bien ces différentes phases.

Équilibre acido-basique

                     La malnutrition (mauvaise qualité des aliments et mauvaises habitudes alimentaires), le stress, la sédentarité, notre mode de vie actuel (occidental)… tendant à acidifier notre organisme, ce qui provoque, à terme un dérèglement de notre métabolisme. L’hyperacidité de l’organisme étant l’une des causes principales de la plupart des maladies métaboliques ; veillez) un juste équilibre acido-basique devient alors une notion fondamentale qui faire partie de l’hygiène de vie quotidienne.

                      L’équilibre acido-basique consiste à maintenir un équilibre entre l’acidité et l’alcalinité du corps. Après absorption, digestion et métabolisation des aliments que nous ingérons, ceux-ci lièrent soit des acides, soit des bases dans la circulation sanguine. Pour être en équilibre le Ph du sang doit être de 7,4 : c’est-à-dire légèrement alcalin. C’est au cours de la métabolisation que certains aliments vont générer des substances acidifiantes ou alcalifiantes. Certains aliments vont produire des acides dits forts (urique, phosphorique, sulfurique…), qui ont tendance à acidifier l’organisme. C’est le cas des aliments d’origine animale (poisson, viande, formage…, des céréales raffinées, des sucreries, et autres boissons industrielles.

En revanche les fruits et légumes de par leur richesse en minéraux sont des aliments alcalifiants. Une alimentation majoritairement acidifiante, entraine à long terme une acidose chronique pouvant générer plusieurs problèmes de santé. Le risque le plus connu est lié à la santé des os : l’ostéoporose. Pour compenser ce trop-plein d’acide, l’organisme va puiser dans ses réserve alanines, les minéraux et notamment le calcium, ce qui va tendre) fragiliser les os. D’où l’importance d’une alimentation riche et équilibrée afin de maintenir à l’état optimal cet équilibre indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

Pour rétablir l’équilibre acido-basique, il faut commencer par modifier son alimentation, pour exemple :

Privilégier :

  • Légumes verts et colorés
  • Amandes et noix du Brésil
  • Fruits secs
  • Thé vert
  • Protéines végétales…

Éviter :

  • Viandes rouges, charcuteries
  • Céréales et sucres raffinés (pain, riz blanc…)
  • Produits laitiers surtout de vache
  • Café, alcool…

Les cures naturopathiques

Lors de la consultation, je m’appuie sur le bilan de vitalité pour déterminer le programme d’hygiène individualisé à mettre en place. Ce programme s’articule autour de 3 cures et de nos fameuses 10 techniques naturelles pour sa mise ne pratique.

  • Phase préparatoire: Elle prépare le consultant (celui qui vient consulter), à la seconde cure (drainage). Elle va porter sur des préréglages alimentaires et sur une ré harmonisation psychologique (gestion du stress, fatigue psychologique…). Lors de cette phase, une utilisation réduite et judicieuse des 10 techniques est recuise.
  • Phase de désincrustation : Phase un peu plus restrictive, lors de laquelle on met en place un régime alimentaire plus poussé correspondant) une phase de drainage humoral (des liquides de notre organisme), individualisé et spécifique. C’est lors de cette cure, que nous travaillerons à la stimulation des émonctoires (organes éliminateurs de notre organisme), dans le but de supprimer d’éventuelles surcharges toxiniques et de contribuer au nettoyage du corps.
  • Phase d’harmonisation: Il s’agit de revitaliser après avoir nettoyé l’organisme, puis de stabiliser l’état de santé atteint, tout en amenant le consultant vers une responsabilisation de sa santé et de son bien-être.

En générale une cure dure 1 mois, cependant chaque personne étant différente, la durée de chaque cure sera variable en fonction de chacun, ainsi que les 10 techniques qui seront employées pour mener à bien ces différentes phases.

 

La Force Vitale

La Force Vitale a une importance primordiale en naturopathie : elle ne peut se mesurer, se quantifier, c’est le principe même de la vie et de l’énergie qui en découle.

Elle est partout et en chacun de nous. C’est un élément essentiel à la vie, que le naturopathe s’attache à provoquer, stimuler, renforcer, afin d’aider l’organisme à retrouver sa santé, et un fonctionnement optimal.

En cas de défaillance de sa part, les troubles apparaissent et la maladie s’installe insidieusement.

Les naturopathes cherchent à « évaluer » la quantité de la Force Vitale. On utilise pour cela l’observation physique de la personne (sa typologie, l’état de sa peau…), l’iridologie et un questionnaire précis concernant les fonctions vitales, et habitudes de vie de l’individu.

On peut stimuler la Force Vitale par une bonne hygiène de vie comprenant : alimentation, exercices physiques, phytothérapie, relaxation, réflexion…